Du gai Klein ;Des Klein Gais

Kleinyves_3Sujet de culture générale proposé en 2001 au concours d’entrée à l’école supérieure des beaux-arts de Toulouse :
Lorsque Yves Klein en 1960 exécute ses « anthropométries », il invite un certain nombre de personnes à assister à ses séances au cours desquelles il disait « qu’il peignait avec des pinceaux vivants ». Qu’est-ce qui, selon vous, dans ce type d’approche de la création, témoigne de l’évolution de l’attitude des artistes et du public vis-à-vis de l’art ?
Une citation de Klein en guise de réponse(inventeur des performances en public):
“Le tableau n’est que le témoin, la plaque sensible qui a vu ce qui s’est passé. La couleur à l’état chimique, que tous les peintres emploient, est le meilleur médium capable d’être impressionné par l’événement”.