L’homme qui marche par L’homme fragile

Homme_qui_marche_1
GIACOMETTI, Alberto (1901-1966) ou la sculpture inversée:“Il m’est tout à fait impossible de modeler, peindre ou dessiner une tête telle que je la vois. Et pourtant, c’est la seule chose que j’essaye de faire.”
Au lieu de tailler une masse jusqu’à la forme souhaitée, Giacometti part d’une ossature de métal à laquelle il ajoute de l’argile; l’oeuvre finie ne dépasse pas la longueur d’une boîte d’allumettes ! C’est alors qu’il a l’idée de les étirer de façon outrancière : cette technique produit des silhouettes émaciées et gigantesques, à la surface grêlée et grenée.
Inventeur des premiers objets surréalistes (La Boule suspendue, 1931), il quitte les surréalistes en 1935 pour se consacrer à la sculpture (en fait il se fait virer par Breton qui n’a jamais supporté de ne pas contrôler entiérement le mouvement).

Vous n’aimez pas ? Ce n’est pas grave.

Putto_honigEn Réponse aux différents commentaires :
Question : Pourquoi aimez-vous le Baiser de Rodin ?
Réponse : parce qu’il dégage une très forte sensualité.

Question : pourquoi aimez-vous “Le mangeur de miel” de la Birnau ?
Réponse : ça ne vous regarde pas.

Question : pourquoi aimez-vous La Venus de Milo ?
Réponse : pour avoir traversé 20 siècles avec son air mélancolique

Conclusion:
Je n’aime pas une oeuvre pour elle-même, mais pour l’émotion qu’elle me procure, cette émotion peut avoir des origines très variées, soit relatives à l’oeuvre elle même, soit à la manière dont elle a été crée, soit même à un événement personnel. Je n’aime donc pas les oeuvres qui ne me provoquent aucune émotion (une boite de conserve sérigraphiée par exemple).
Je n’ai jamais admiré une oeuvre pour la seule raison qu’elle a été exécutée par un artiste célèbre.

La sérigraphie n’est qu’une technique

Boite_conserveSÉRIGRAPHIE, Technique d’impression, manuelle ou automatique, utilisant un écran de soie
Dérivé du latin sericum « soie » (v. sérici-); élém. -graphie*;
La sérigraphie est un procédé dérivant du pochoir. Le sérigraphe utilise des écrans de soie ou de nylon en partie obturés : l’encre passe à travers les parties laissées libres. Le dessin est réalisé à l’encre latex sur un écran. Puis on étale au dessus un bouche pore qui obstrue les parties vierges. Après séchage, le latex est retiré à l’aide d’une gomme libérant les mailles au travers desquelles passe l’encre. On peut également utiliser, à la place du latex, des films découpés manuellement au stylet et collés sur l’écran. Enfin, la méthode du clichage photographique permet de reporter une image tramée, en négatif sur l’écran, au moyen d’une émulsion photosensible (problème de l’originalité quand l’artiste n’intervient pas sur l’écran).
L’atout premier de la sérigraphie est la richesse de ses couleurs : les encres sont mates, satinées, transparentes, brillantes, fluorescentes, toujours vives, elles permettent d’accentuer les oppositions lumineuses, les effets optiques. La sérigraphie peut être tirée à un grand nombre d’exemplaires, sur tous supports (plexiglas…), et en grand format.
Question La sérigraphie est-elle un art ?
Réponse je ne sais pas, mais à Lyon il y a une exposition sur les oeuvres d’Andy Wahrol
PS : La boite de conserve n’a rien à voir avec la sérigraphie

L’Art et l’Artisan avec un grand A

Enfantendormi_1CONSTANTIN BRANCUSI (1876-1957)
Né à Hobitza Roumanie – Décédé à Paris
«Crée comme Dieu, ordonne comme un roi, travaille comme un esclave.»
Rodin sculpte et modèle dans la terre avant de confier à des ouvriers le soin de reproduire l’oeuvre originale, à l’échelle requise, en pierre, marbre, bois ou encore en bronze. Brancusi qui a briévement travaillé chez Rodin jusqu’en 1907, décide de supprimer ces intermédiaires (il fut d’abord charpentier et tailleur de pierre) et s’attaque, lui-même, directement au matériau dont la nature, estime-t-il, a le pouvoir partiel de déterminer l’oeuvre. Pour Brancusi, ” la taille directe dans le matériau choisi est la vraie voie d’accès à la sculpture, mais c’est aussi la pire pour qui ne connaît pas le chemin”.
PS:La reconstitution de l’atelier de Brancusi à Beaubourg vaut la visite, il n’y manque que la poussière

M le Modi

ModiglianiModigliani a aussi été sculpteur, Son maître à penser d’alors était Brancusi. On retrouve donc dans ses statues des similitudes avec les sculptures de Brancusi inspirées de l’art primitif des Cyclades (visages étroits et allongés).
Puis en 1914 Modigliani étant tuberculeux arrête la sculpture, et se consacre à la peinture, Ce tableau (Nu couché aux cheveux dénoués -1917)
exposé en 1917 fait scandale, et l’exposition est fermée le jour du vernissage. Il est mort jeune, usé par l’absinthe l’alcool et la tuberculose, sa compagne Jeanne Hébuterne
qui avait 14 ans de moins que lui s’est tué deux jours après, elle avait 22 ans et était enceinte.
Pour tout dire je ne suis pas enthousiasmé par ses sculptures, et j’aime beaucoup ses tableaux. Question (horrible): Si Modigliani n’avait pas été tuberculeux, aurions nous autant aimé ses oeuvres?

Le Pop Art redevient Populaire

War_venusAndy Warhol Peintre pop-art (1928-1987)déclarait qu’il voulait être une machine, que quelqu’un devrait être capable d’exécuter ses toiles à sa place.Comme j’ai l’impression que ses ayants droits ne tiennent pas à voir reproduire ses oeuvres sans se faire payer, j’ai choisi de ne pas accompagner cette rubrique d’un tableau d’Andy, et j’ai fait comme il a dit.
“Everything is beautiful. Pop is everything.” Andy Warhol

Du gai Klein ;Des Klein Gais

Kleinyves_3Sujet de culture générale proposé en 2001 au concours d’entrée à l’école supérieure des beaux-arts de Toulouse :
Lorsque Yves Klein en 1960 exécute ses « anthropométries », il invite un certain nombre de personnes à assister à ses séances au cours desquelles il disait « qu’il peignait avec des pinceaux vivants ». Qu’est-ce qui, selon vous, dans ce type d’approche de la création, témoigne de l’évolution de l’attitude des artistes et du public vis-à-vis de l’art ?
Une citation de Klein en guise de réponse(inventeur des performances en public):
“Le tableau n’est que le témoin, la plaque sensible qui a vu ce qui s’est passé. La couleur à l’état chimique, que tous les peintres emploient, est le meilleur médium capable d’être impressionné par l’événement”.

La perfection quasi absolue

DanaideDanaos, est père de cinquante filles, alors que son frère jumeau Égyptos a cinquante fils. Pour régler un différend qui les oppose, Égyptos propose à son frère de marier leurs enfants : ses cinquante fils épouseront les cinquante filles de Danaos. Mais Danaos donne secrètement à chacune de ses filles une aiguille dissimulée dans leurs chevelures, destinée à tuer son mari au cours de la nuit de noces. Toutes obéissent à l’ordre de Danaos, sauf une,qui épargne son mari; celui-ci tue alors Danaos pour venger ses frères. les quarante-neuf Danaïdes, sont punies par les dieux et condamnées à remplir éternellement dans les Enfers un tonneau dépourvu de fond. C’est Jean Escoula qui a taillé le marbre en 1890, et c’est Camille Claudel qui a posé offrant la perfection de son dos à cette Danaïde. Son frère Paul l’a fait interner le 10 mars 1913 (ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux dans sa vie), elle mourra 30 ans plus tard, le 19 octobre 1943. J’oubliais, la statue est de RODIN.

Le rouge et le noir (surtout le Noir)

Toute vraie passion ne songe qu’à elle.
stendhal (Le rouge et le Noir)

Ces deux tableaux ont plusieurs points communs:
– Ils sont à dominante rouge et Noir
– Ce sont les dernière oeuvres des deux artistes avant leur suicide
– Ils sont de grande dimension
L’un est de Nicolas de Stael
L’autre est de Rothko
N_de_stael_le_grand_concert
Petiteuntitled_rothko
Si le rouge est la couleur de la passion.
Si le noir est la couleur des ténèbres.
Alors vous qui peignez, quelle sera la toile qui vous desespérera au point de mettre fin à vos jours.

La Défense de Calder Miro et les autes

Calder StabileComme souvent, ce matin je suis sorti du RER à la Défense et j’ai emprunté la sortie Miro Calder. Je trouvais le rapprochement bizarre. Eh bien non pas du tout, ils ont eu effectivement des relations amicales : ils se sont rencontrés en dès 1935 on les voit ensemble dans des expositions collectives, en 1937 ils sont associés dans le pavillon espagnol de l’exposition universelle de Paris. Ils avaient presque le même age : Alexander Calder (1898 – 1976 ) et Joan Miro (1893 – 1983).
Nous tous qui courrons comme des malades sur l’esplanade, prenons juste un peu de temps entre midi et deux par exemple,pour découvrir les sculptures qui s’y trouvent :J’ai trouvé un site sympa qui donne la liste des sculptures à la Défense. Je n’ai rien trouvé de tel sur le site officiel de l’EPAD, il y a quand même de très belles photos de Rémy Guillaumot .

Le sculpteur (presque) oublié

Ours_pomponFrançois Pompon est né à Saulieu en 1855 (Rodin avait alors 15 ans), comme il était un excellent praticien, Pompon a travaillé pour Rodin, il est même devenu son chef d’atelier en 1893, ce ne devait pas être facile de s’épanouir à côté de lui, vers 1906 il reprend son indépendance et se consacre à la peinture d’animaux, le plus connu étant l’ours dont l’original est à Dijon. Moi je penche plutôt pour la thèse que n’ayant pas les moyens de Rodin, il ne pouvait pas payer les modèles féminins qui se baladaient entièrement nues dans l’atelier de Rodin, sous prétexte qu’il y trouvait l’inspiration nécessaire. Pompon a eu l’art d’épurer les formes pour se concentrer sur le mouvement; Hélas les animaux branchent moins le public que les sculptures d’hommes ou de femmes, et il est en train de doucement tomber dans l’oubli.

Le tableau qui m’angoisse

Galaetlangelusdemillet_1Salvador Dali est né en 1904, il était le fils de Felipa Doménech et de Salvador Dali. Il avait un frère aîné, appelé également Salvador, né en 1901 et décédé deux années plus tard; qu’il n’a donc pas connu. Les parents de Dali habillèrent Salvador avec les vêtements de son aîné, lui donnant les mêmes jouets . On raconte que l’obsession de Dali pour l’Angélus de Millet tenait au fait qu’il y voyait son père et sa mère enterrer son frère aîné (dans le sac sur la brouette). Il est tout à fait sûr que cette reproduction à l’intérieur d’un tableau reste une véritable prouesse technique et je souhaite, que cette interprétation soit fausse.

La fresque qui m’intrigue

Cene

Leonard de Vinci a peint une fresque qui se trouve à l’église Sainte-Marie-des-Grâces de Milan (1494-1497) jusque là rien de bien extraordinaire, On retrouve dans le fameux bouquin "Da vinci Code" une théorie qui a fait hurler les bigots de la planète et mon propos n’est pas de rajouter de l’eau à un quelconque moulin. J’ai quand même cru pendant plus de cinquante ans que cette fresque représentait le Christ et ses apôtres, et je pense que les personnes qui me l’on fait découvrir en étaient eux aussi persuadés. Or en regardant attentivement, c’est une évidence que la personne à la droite du Christ est une femmeCene_detail
Il a donc fallu attendre 507 ans pour qu’une personne crache le morceau "Le douzième apôtre est une femme". Je veux bien croire que la diffusion de l’information soit une science jeune, et qu’il ne devait pas y avoir foule à examiner de près cette fresque dans une église que j’imagine sombre. J’ai du mal à comprendre que l’église qui a du être commanditaire de cette fresque n’ait pas brulé vif Leonardo pour se permettre de peindre une (s)cène pareille.

PS : D’accord j’ai un peu triché

Ma statue préférée

CariatideLa Cariatide assisede Rodin n’est pas la plus connue de ses oeuvres, si vous visitez le musée Rodin vous risquez même de ne pas la voir. Seul un bronze est exposé dans le jardin, je ne connais pas de version en marbre. La version en plâtre (sur la photo que vous pouvez agrandir en cliquant dessus)se trouve dans la villa des Brillants de Meudon où Rodin habitait et qui est maintenant transformé en musée, on y trouve surtout des plâtres et des moules. J’ai toujours considéré que Rodin était plus un modeleur qu’un sculpteur, il laissait le soin à ses praticiens la taille du marbre (Il n’y a aucun jugement de valeur dans cette remarque). On peut considérer qu’il a été un beau salaud vis à vis de Camille Claudel, sans remettre en cause ses qualités de modeleur et de sculpteur.(Ici
c’est bien d’un jugement de valeur). Pour en revenir à la Cariatide, on l’imagine facilement complètement épuisée d’avoir eu à soutenir un quelconque bâtiment, et n’en pouvant plus, elle s’est assise laissant le soin au bâtiment de s’écrouler. C’est le rendu parfait de cet épuisement qui me fait apprécier à ce point cette statue, peu importe qu’elle soit en bronze ou en plâtre.

Mon tableau préféré


Venus_detail

Ce tableau de Botticelli me  parle vraiment, pas tellement par la nudité de la Vénus, quoique je n’ys sois pas insensible, mais surtout par son visage androgyne, certains spécialistes ont affirmé qu’il pouvait y avoir une part d’auto-portrait dans les visages que peignait Botticelli, je laisse à ceux qui l’ont bien connu le soin de conclure sur une possible ressemblance. J’ai retrouvé un peu cette expression des visages dans les tableaux de Modigliani, qui tout près de mourir a déclaré "le bonheur est un ange au visage grave", c’est un peu cette expression que je retrouve sur les visages d’ange de Botticelli qui portent sur eux cette gravité tranquille.
Ce tableau se trouve à la Galerie des Offices à Florence, et je pense qu’il
ne serait pas raisonnable si vous passez à Florence de ne pas prendre le temps
d’aller admirer l’original.